L’éducation natatoire

Les maitres nageurs au centre de l’éducation natatoire partie intégrante de l’éducation

[column size=one_third position=first ]Le SNPMNS est engagé depuis sa création sur des principes fondamentaux concernant la qualification des personnes appelées à enseigner la natation et encadrer les activités aquatiques auprès de tous les publics. Pour cela, nous avons rédigé une Charte éthique des Maîtres –Nageurs Sauveteurs publiée dans la revue N° 71, et à nouveau dans celle N° 78 dans laquelle nous retrouvons l’essence et la concordance sur plusieurs points avec les termes contenus dans certaines mesures mis en avant par l’Education nationale pour renforcer l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs de la République. Il n’est qu’à se reporter aux nombreux articles que nous avons publiés, pour mesurer tout l’engagement du SNPMNS , pour maintenir la loi du 24 mai 1951 qui a été de ce fait transposée dans le Code du Sport. Nous avons lors de la mise en place (sans nous consulter) du BPJEPS AA, qui était réduit à un rôle d’animateur et qui ne donnait pas le titre de MNS, mené des grèves et des actions qui ont abouti à la refonte d’un nouveau BPJEPS AAN , qui donnait cette fois le titre de MNS. Ainsi nous avons pu

[/column][column size=one_third position=middle ]IMG_0621en participant aux groupes de travail sur la réforme, faire des propositions qui ont permis d’extraire les définitions d’animation, en les remplaçant par des UC faisant ressortir les missions d’éducation et d’enseignement , revenant à un véritable brevet d’éducateur. Par ailleurs dans la réforme du statut des ETAPS de la Fonction Publique Territoriale, est apparue pour la 1ère fois un temps de préparation pour les missions d’enseignement. Ce même temps de préparation à l’enseignement de la natation est également spécifié pour le secteur privé, dans le cadre de la CCNS [/column][column size=one_third position=last ](Convention Collective Nationale du Sport). Pour permettre de lutter contre la pénurie de MNS, nous avons fortement contribué en rencontrant la conférence des Présidents d’ Universités à la mise en place d’Unités d’ Enseignements permettant d’obtenir le titre de MNS pour 3 Licences Universitaires. Nous continuons d’ailleurs à mobiliser les énergies, afin que l’Université puisse augmenter le quota de MNS à partir de la Licence Education Motricité.

En n’acceptant pas une dévaluation du titre de MNS, nous avons défendu une conception du métier porteur des valeurs de l’éducation. En effet le MNS étant au contact de tous les publics, notamment les prés adolescents, adolescents, jeunes adultes en recherche de repères. Combien d’exemples peuvent être donnés du rôle d’insertion des jeunes par le travail d’éducateur sportif, mais pas simplement, que conduisent nos collègues dans les villes où parfois une grande partie de la population est confrontée aux problèmes sociaux.

[/column]


[column size=one_third position=first ]De graves évènements survenus en janvier, après les attentats qui ont visé le cœur des valeurs républicaines, a amené Najat Vallaud-Belkacem Ministre de l’Education nationale à présenter onze mesures issues de la grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République, le jeudi 22 janvier 2015. Avec pour base la transmission des valeurs républicaines, laïcité, citoyenneté et culture de l’engagement, lutte contre les inégalités et mixité sociale, mobilisation de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont au centre de ces mesures. La grande mobilisation pour les valeurs de la République est celle de toute l’École, y compris l’enseignement agricole et l’enseignement privé sous contrat.

En n’acceptant pas une dévaluation du titre de MNS, nous avons défendu une conception du métier porteur des valeurs de l’éducation. En effet le MNS étant au contact de tous les publics, notamment les prés adolescents, adolescents, jeunes adultes en recherche de repères. Combien d’exemples peuvent être donnés du rôle d’insertion des jeunes par le travail d’éducateur sportif, mais pas simplement, que conduisent nos collègues dans les villes où parfois une grande partie de la population est confrontée aux problèmes sociaux.

[/column][column size=one_third position=middle ]Onze mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République ont été avancées. Nous pouvons repérer nos actions dans certaines.

A la lecture de la mesure 3 il est indiqué

Créer un nouveau parcours éducatif de l’école élémentaire à la terminale, le parcours citoyen.

Le parcours sera construit autour : Du nouvel enseignement moral et civique.

  • Le parcours citoyen sera évalué à la fin de la scolarité obligatoire selon des modalités qui seront définies. De manière complémentaire, les jeunes de plus de 16 ans, poursuivront leur parcours citoyen afin de préparer pleinement et de solenniser leur entrée dans la République (cf. plan du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports).

Par ailleurs, il est précisé dans la mesure 3 « Développer la citoyenneté et la culture de l’engagement avec tous les partenaires de l’Ecole ».

Plus loin, nous pouvons lire entre autre, que la démarche fondée sur une pédagogie active, a pour objectif que les élèves comprennent le bien

[/column][column size=one_third position=last ]fondé des règles régissant les comportements individuels et collectifs (principe de discipline), de reconnaître le pluralisme des opinions, des convictions et des modes de vie (principe de coexistence des libertés), et de construire du lien social et politique (principe de la communauté des citoyens). Il favorise le respect des droits et de la loi, l’égale considération des personnes,  la solidarité, l’entraide, la coopération, le sens de l’intérêt général et de la participation à la vie démocratique. Enfin il est précisé que c’est en son sein au sein de l’Education nationale, avec les différentes composantes de la communauté éducative et l’ensemble de ses partenaires (autres services publics, collectivités territoriales, monde associatif, monde économique), qu’un certain nombre de solutions doivent être trouvées. Les valeurs doivent vivre dans des actes pédagogiques concrets, et pas simplement dans la déclamation de principes qui, parfois, ne s’incarnent pas assez dans le quotidien des élèves.[/column]


[column size=one_third position=first ]Dans la mesure 5 il est indiqué Mobiliser toutes les ressources des territoires

  • Un partenariat renouvelé avec les collectivités territoriales pour la réussite éducative des jeunes sera mis en place :-Inclure dans les projets éducatifs territoriaux (PEDT) un volet laïcité et citoyenneté, financé par un fonds d’État dédié à destination des associations de jeunesse et d’éducation populaire.- Susciter les initiatives des collectivités territoriales pour conduire à la création de nouvelles places d’internat, notamment au niveau du collège, dans le cadre de la politique des internats de la réussite et du programme d’investissement d’avenir (PIA). Ce point sera également prioritaire pour l’enseignement agricole, dont la majorité des élèves sont internes.– Inclure dans les contrats de ville un axe laïcité et citoyenneté ainsi que la prévention des ruptures sociales et scolaires, l’accompagnement des parents, l’accompagnement des jeunes vers l’insertion et l’emploi, qui associent les missions locales, les maisons des adolescents et les maisons de la justice et du droit.

[/column][column size=one_third position=middle ]– Développer les programmes de réussite éducative qui ont montré leur efficacité dans le suivi et l’accompagnement individuel des jeunes, sur tout le territoire et favoriser la participation des acteurs de l’éducation nationale.

Engager avec les élus la construction d’un cadre commun facilitant la mise en œuvre du principe de laïcité dans les services publics locaux, avec une vigilance pour que les intervenants auprès des enfants et des jeunes connaissent les principes de la laïcité et s’engagent à les transmettre et à les appliquer fermement.

– Les liens avec l’éducation populaire seront renforcés.Le contenu des conventions pluriannuelles d’objectifs des réseaux d’éducation populaire sera redéfini au regard des enjeux actuels, avec le souci de parvenir à des engagements communs de tous les ministères concernés dans un cadre stabilisé et durable. Cette simplification et cette reconnaissance inédite de la part de l’État constitueront une chance de renouveler, en la consolidant, l’intervention de l’éducation populaire dans les territoires les plus fragiles, en confortant leur capacité à porter et transmettre les valeurs de la République.[/column][column size=one_third position=last ]Nous voyons bien à la lecture de ces mots forts, combien les démarches éducatives portées par les collectivités territoriales et mise en œuvre par les éducateurs MNS, dans les établissements de baignade et gymnases, sont dans le contexte actuel, obligatoires, voir vitales pour le devenir de notre société. En effet, elles concourent en harmonie avec les objectifs de notre Education nationale à renforcer l’éducation à la citoyenneté en renforçant les valeurs républicaines de laïcité. Ainsi elles participent à la lutte contre les idées rétrogrades qui peuvent mettre en cause les valeurs fondatrices de la République.

Devant les problèmes de société qui font la une des journaux, pratiquement tous les jours. De nombreux spécialistes dialoguant sur les plateaux de télévisions et les radios, mettent en avant la nécessité de l’éducation à la citoyenneté. Effectivement, nous savons comme tout citoyen responsable, c’est presque un lieu commun de l’écrire, que cette éducation à la citoyenneté a été oubliée pendant de trop nombreuses années. Comme si cela était une évidence, et que le laisser faire pouvait s’installer sans conséquence pour la société.

 

[/column]


[column size=one_third position=first ]Si nous partageons cette phrase : «  Les valeurs de la République s’apprennent à l’École, que ce soit à travers la vie scolaire ou à travers des actions éducatives spécifiques. Elles sous-tendent au quotidien le travail des enseignants dans leur classe. Cette éducation à la citoyenneté concerne l’ensemble des adultes qui interviennent auprès des élèves. Elle fait intervenir quelquefois à leurs côtés des partenaires extérieurs. » (Ce qui est le cas des MNS)

Nous constatons malheureusement que quelques thuriféraires, dans des articles de presse présentent aux élus des moyens d’économies sur la masse salariale, en proposant tout bonnement la suppression de postes d’ETAPS terrestres et d’ETAPS MNS, partant du principe que l’éducation n’est pas de la responsabilité des maires. Avec de tels raisonnements « de tambour », ils font abstraction de la réalité de la société et des graves problèmes que cela posera dans un avenir proche, si les collectivités locales qui sont au cœur de la vie de la société se désengagent de ces missions complémentaires qu’elles assurent. Surtout que ces politiques, ont été mises volontairement en place pour mieux servir la population, en aidant ainsi l’ensemble des familles et des citoyens.

 

[/column][column size=one_third position=middle ]A l’heure où l’on écrit,

Il ne se suffit pas, pour être pris au sérieux en parlant d’argent public, d’aligner des chiffres, en comptabilisant les recettes et les dépenses, pour ensuite faire doctement des propositions de suppression de postes d’éducateurs.

Cette démarche comptable que l’on ne peut pas considérer intellectuelle, tant elle est décalée des problématiques et des enjeux de cohésion sociale, que notre société républicaine doit relever.

Un budget responsable doit prendre en compte les parfois tristes réalités que la société dans son ensemble doit saisir à bras le corps, avec pour objectif de mettre en place des dispositifs et projets durables porteurs des valeurs d’éducation à la citoyenneté énumérées ci-dessus. Cela dans le but de pouvoir transmettre au quotidien ce qui fait le socle du vivre ensemble dans le respect des règles et lois de notre République. C’est pourquoi , afin qu’un travail coopératif et fructueux puisse s’améliorer et se développer, entre professeur des écoles et éducateurs Maîtres-Nageurs Sauveteurs, au profit d’un enseignement de qualité de la natation aux enfants de l’école primaire, nous faisons des propositions.

 

[/column][column size=one_third position=last ]Dans ce sens, le SNPMNS continue d’agir auprès des députés et sénateurs afin que la procédure d’agrément des MNS, lourdeur administrative, inutile voir superfétatoire soit supprimée.

Le SNPMNS, prône depuis des années un enseignement de la natation de qualité permettant à tous les enfants d’avoir un niveau technique dans les nages de la natation, mais également en sauvetage dont la pratique développe l’altruisme et la solidarité chez les enfants, leur permettant d’évoluer dans le milieu en toute sécurité. Le SNPMNS s’oppose aux pseudos méthodes d’apprentissages imposés parfois par des CPC ne connaissant pas grand-chose en pédagogie de la natation, et démobilisatrice des volontés éducatrices des MNS, ou l’enfant se « débrouillle »souvent tout seul, dans des parcours dit ludiques répétés à souhait, avec au bout de tout cela, un enfant sur deux entrant en classe de 6 ième ne sachant pas ou peu nager.

 

[/column]


[column size=one_third position=first ]testL’éducation à la citoyenneté commence pour nous, pour ce qui appartient à notre domaine, par une éducation ambitieuse pour les enfants, porteuse de résultats concrets en matière de savoir être et savoir-faire technique dans l’eau. Cela implique, d’arrêter d’intellectualiser des objectifs, avec des formules comprises seulement, par le cénacle qui les a rédigées,[/column][column size=one_third position=middle ]et donc sans sérieux résultats. Mais surtout , de ne pas se passer de la compétence des éducateurs MNS, mais plutôt de leur donner les moyens de mettre en place et de conduire des projets pédagogiques qualitatifs, tels que beaucoup de nos collègues développent depuis 7 ans, à partir des Journées Nationales de Prévention de la Noyade, [/column][column size=one_third position=last ]avec la délivrance de brevets de natation sauvetage et de Sécu-nage du SNPMNS. C’est ainsi, qu’à notre niveau, l’on concoure au mieux à l’éducation à la citoyenneté, au bon développement de l’enfant et à une meilleure éducation.[/column]

LE BUREAU NATIONAL EXECUTIF DU SNPMNS

2015-06-09T09:51:48+00:00